kadour-naimi-biographie

BIOGRAPHIE


PUBLICATIONS


REALISATIONS

ENSEIGNEMENT

CONTACT

       







   

     Né en 1945 à Sidi Bel Abbès (Algérie), durant la période coloniale, Kadour Naimi est le premier des huit enfants d'un père ouvrier cordonnier et d'une mère d'origine paysanne pauvre. Il participe aux manifestations patriotiques pour l'indépendance nationale.
    Durant ses études artistiques à Strasbourg (France), il milite au sein du Comité Viêt Nam pour la libération du pays de l'agression U.S. Il contribue également au Mouvement de Mai 1968 ; lors de la première grande manifestation publique à Strasbourg, il prend la parole, comme représentant du « Tiers-Monde ».
     A la fin de 1968, de retour en Algérie, il est sympathisant du P.R.S. (Parti de la Révolution Socialiste), alors parti clandestin d'opposition, dirigé par Mohamed Boudiaf.
       Il fonde et dirige le Théatre de la Mer.
    En 1971, pour élucider des problèmes de théorie et de pratique sociales, il entre en relation épistolaire avec Louis Althusser.
     En 1972, après sa démission du Théâtre de la Mer, il organise, dirige et enseigne, à l'I.N.F.P.A. (Institut National de la Formation Professionnelle des Adultes) d'Alger, un stage de formation de futurs animateurs culturels pour les Centres de Formation Professionnelle des Adultes.
    La même année 1972, les travailleurs de l'Institut le choisissent comme secrétaire de la section syndicale de l'Union Générale des Travailleurs Algériens. Il accomplit sa mission correctement, en tenant régulièrement les assemblées de travailleurs et en présentant leurs revendications au Directeur de l'Institut.
    A cause de cette action en faveur des travailleurs, en mai 1973, la hiérarchie syndicale supérieure met fin à sa fonction; une semaine après, la direction de l'Institut le démet de son poste de professeur. Il démissionne de l'Institut.
    De retour à Oran, il continue son activité de conscientisation sociale à travers le théâtre.
   En juillet 1973, il s'engage au T.R.O. (Théâtre Régional d'Oran, Algérie) mais son projet théâtral, Kan yâ makân (Il était une fois) est rejeté. A la fin de 1973, il quitte l'Algérie.
   En Belgique, Il obtient une licence en sociologie qui démontre l'aspect capitalisme d'État de la Gestion dite « Socialiste » des Entreprises, alors en application en Algérie ; il entreprend ensuite un doctorat de recherche en sociologie des révolutions, pour comprendre les motifs de leur transformation de rupture radicale en système totalitaire conservateur.
    Parvenu aux éclaircissements à ce sujet, il renonce à une carrière universitaire et ne présente pas la thèse. Il s'intéresse au cinéma et, dans ce but, en 1982, émigre en Italie où il obtient la nationalité. Il fonde et dirige la Maldoror Film, une école de cinéma, un Festival de Cinéma Libre et s'occupe de littérature.
    Après quarante années hors d'Algérie, en 2012, il y retourne et monte une pièce de théâtre Alhanana, ya ouled ! (La tendresse, les enfants !). Suite à un ostracisme dont il est l'objet pour avoir dévoilé  la genèse réelle de la pièce Mohamed, prends ta valise, il repart à l'étranger où il poursuit ses activités.
     Des informations détaillées se trouvent dans son ouvrage ÉTHIQUE ET ESTHÉTIQUE AU THÉÂTRE ET ALENTOURS.